SIEVO - La Mag 2016 - page 8

8
CHLORATION
Qualité de l’eau
Analyseur de chlore
Chloration intermédiaire de BONBOILLON
Inverseur bouteilles de chlore
ENJEUX ET PROBLÉMATIQUE
"Toute personne qui distribue au public de l’eau en vue de
l’alimentation humaine est tenue de s’assurer que cette eau
est propre à la consommation".
(code de la Santé Publique-article L.1321-1)
P
our répondre à cette demande, la qualité de l’eau distribuée par
le Syndicat est appréciée par l’ARS (L’agence Régionale de la
Santé) en suivant notamment les paramètres microbiologiques.
P
our être qualifiée de « potable », l’eau ne doit contenir aucune
bactérie, et doit avoir en tout point du réseau un taux de chlore
libre compris entre 0.1 et 0.3 mg/L.
C
ompte tenu de la longueur et de la complexité du réseau ce
n’est pas une mince affaire de maintenir les qualités à la fois
sanitaires et organoleptiques de l’eau en tout point du réseau.
U
ne trop forte chloration en début de traitement entraine la
formation d’un taux important de chlore combiné donnant
à l’eau l’odeur de la javel. A l’inverse, une chloration trop
faible entraine un taux de chlore libre insuffisant pour les
consommateurs les plus éloignés du point de chloration, ce qui
induit un risque de développement bactérien.
Où et comment s’assurer de la qualité de l’eau ?
NOTION DE CHLORATION
L
’eau contient de nombreux micro-organismes (bactéries,
virus, protozoaires) dont certains peuvent se révéler nocifs
pour la santé : ils sont dits pathogènes.
P
our combattre les risques de contamination, on ajoute du
chlore dans l’eau afin de tuer les germes et la rendre propre
à la consommation.
C
oncernant l’eau potable, c’est la quantité de chlore libre
présent dans le réseau de distribution qui est mesurée,
car c’est celui-ci qui a le "pouvoir désinfectant".
L
e chlore réagit avec les protéines, les bactéries, les virus
ou encore les moisissures en les oxydant, perturbant
ainsi le métabolisme cellulaire, notamment la respiration
et la réplication de l’ADN. Il endommage également les
membranes cellulaires des micro-organismes.
LE GAZ CHLORE (CL2)
I
l s’agit d’un gaz de couleur jaune verdâtre. Il est vendu
sous forme de liquide compressé. Il nécessite une formation
du personnel et seules les personnes habilitées peuvent le
manipuler. Les installations sont soumises à déclaration et à
contrôle par un organisme extérieur.
I
l est injecté au niveau des stations de Courchapon et de Saint-Vit.
1,2,3,4,5,6,7 9,10,11,12
Powered by FlippingBook